L’ART ET LES ARTISTES dansles arts musulmans — orné d’enluminures très artis-tiques était entièrement écrit et illustré de la propre main du calife, sur papyrus â larges marges, et pesait trente ocques, soir exactement 41 kilos 1/2. Il était précieusement gardé dans une mosquée du Caire où il fut volé une nuit, sans qu’aucun des imams, préposés à sa garde et mus mis hors de cause en raison de leur fanatisme religieux, ait pu donner la moindre indication. Malgré les très actives recherches de la police kliédiviale à laquelle s’adjoignit plus tard la police anglaise, malgré les cent mille livres égyptiennes — deus millions et demi de francs! — offertes par un nabab égyp-tien é qui rapporterait le manuscrit, malgré l’impunité promise au coupable, aucune lumière ne s’est encore faite sur vol, et son auteur, — nonobstant offres et promusses, gardece le fruit de son larcin soigneusement et impénétrable-met caché. ADOLPHE THALASSO. Echos des Arts Fouilles et Découvertes. Une lettre du M. H. Holleaux, directeur de l’Ecole fran-çaise d’Athènes, rend compte à l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’état des fouilles dernièrement exécutées a Délos. Le campagne de cette année u été la plus brillante et la plus riche en résultats qu’on ait faite jusqu’à ce jour, surtout en ce qui concerne les découvertes épigraphiques. Les fouilles ont porté sur quatre points principaux : te le temple de Héra; mi la vallée et le bassin de l’Inopos; 30 le gymnase; 40 les environs du Manie sud et é l’ouest. A l’énorme dépôt de vases archaïques trouvés dans le sous-sol de l’Héraion, parmi les ruines du primitif sanc-tuaire, et qui forment une collection de plus de zoo exem-plaires allant du vos au ve siècle avant notre ire (vases corinthiens, rhodiens, satniens, naucratiques, attiques), il faut ajouter la nouvelle découverte de plats bleus jusqu’ici inconnus, décorés de figures de mènes; couleur et exécutés avec une extrême finesse. Il faut signaler aussi une admira-ble série de bustes en terre cuite du type matronal, repré-sentant peut-étre la déesse Héra. Daus le côté sud du théâtre, M. Vallois é mis e découvert un temple consacré à Dyonisos (?) ou Apollon,*construit au temps de le seconde domination athénienne, ainsi que la voie bordée de monuments qui y conduisait. Dons et Achats. Le Saint Sébastien,œuvre de Mantegna, provenant d’Aigueperse, vient d’être placé au Louvre. Voici l’histo-rique probable de cette œuvre elle serait venue en France et aurait trouvé place dans une église d’Auvergne par suite du mariage,en 1481, du duc Gilbert de Bourbon, seigneur du lieu, avec Claire de Gonzague, princesse de la maison de Mantoue, dont Mantegna fut le peintre attitré. Mils Fournier, de Viroflay, récemment décédée, a fait don au Musc du Louvre de deux peintures importantes, Le Conteur de fleurette par Wmteau, et un Porlrait d’homme par Téniers. Monuments. Le ‘erre de Charles-Louis-Philippe que sculpta Ensile Bourdelle ut qu’on admira au dernier Salon de la Nationale vient d’are placé sur la tombe de l’écrivain, au cimetière Cçrilly. /st Unmonument va étre élevé à la mémoire de Stéphane Mallarmé, dans le bourg de Valvins, où mourut l’auteur d //sboduttis; et de l’Après-midi d’un Faune- C’est le sculp-teur James Vibert qui est chargé de l’exécution de ce DIODUDICOI. On a inauguré dia ache 24 22pICIELEPP, â Lucenay-lez-Ais (Nièvre), u monument érigé par souscription au poète Théodore de Ban nville, qui a passé dans cette localité les premières années de sa vie. Divers. La Princesse Ténicheff vient d’organiser, du is• au tç novembre, une exposition de ses nouvelles broderies russes, chez MM. Chaine et Simons°, rue Caumartin. Les motifs, empruntés à l’ancienne imagerie populaire, sont exécutés dans ses ateliers de Smolensk, par les paysans du pays. Nous reviendrons plus longuement sur cette belle manifestation d’art. Qu’il nous suffise de rappeler aujour-d’hui combien cette grande artiste est originale, quel élan elle a su tedonner à un art populaire entre tous, quelle inépuisable ibriété elle y manifeste sans cesse. Elle nous donne 1.1 un haut exemple. 94 Erratum. line erreur typographique fort regrettable nous a fait écrire dans notre dernier numéro Mary-Antony, pour Mars-Antony, le vrai notn aie l’éminent organisateur de la Galerie d’art de Reims, dont nous avons reproduit la si intéressante lettre. Que M. Mars-Antony veuille bien nous excuser. Nous saisissons cette occasion de rappeler ici com-bien mérite d’étre encouragé l’effort de décentralisation qu’il tente, et quel succès a obtenu son inauguration du tg octobre. et Nécrologie. Le peintre Henri Cauchois est mort, à l’âge de cinquante-neuf ans. Né à Rouen, Henri Cauchois avait été l’élève de Cabanel et de Quost. Il avait été médaillé aus Salons de 1898 et 1904, ainsi qu’à l’Exposition universelle de l000. Plusieurs de sesceuvres sont conservées aux musées de Rouen, de Châtellerault et de Rio-de-Janeito. Revues étrangères. Slaryi Gody (années révolues). — Revue mensuelle d’art ancien, paraissant le hué de chaque mois. — tôt 1, cin-quième année. Le texte de Staryé Gody étant rédigé en russe, tous les titres sont munis de traductions en français. Staryé GuAr »