NILS KRU:GER — LA LITE DE LA SAINT JEAN A srcicktioLst 551, » RE MURALE) LES ÉCOLES DE STOCKHOLM ET LEURS ŒUVRES D’ART CE QUE SIGNIFIE (t CART A L’ÉCOLE » TOUTES les écoles doivent etre des écoles d’art, susceptibles de former, sinon des artistes, du moins des âmes d’artistes. Ce serait un système d’enseignement bien extraordinaire, celui qui consisterait à créer des établissements où, sous le nom e d’écoles d’art », on apprendrait à un certain nombre de jeunes gens les différentes professions d’art appliqué, et où ceux-ci auraient été jusque là soigneusement tenus à l’écart de toute notion d’esthétique. Une telle pratique pourrait former d’habiles ouvriers, d’ingénieux artisans, niais serait incapable d’inculquer cette élévation de la pensée, cette noblesse du coeur, ce sentiment de la beauté, qui sont les caractéristiques du grand art. L’art est rebelle à toute discipline; la véritable oeuvre d’art est la résultante de concep-fions spontanées, et non de règles dogmatiques. L’éducation artistique est, avant tout, une ques-tion d’ambiance; il faut développer chez l’écolier les facultés visuelles avant de lui apprendre à reproduire; il appartient au véritable éducateur de faire une sélection parmi les premiers spectacles qui s’offrent aux regards inquisiteurs et admiratifs de l’enfant. Si nous voulons éveiller chez nos enfants le sens de la beauté, le meilleur moyen est de créer en eus un état de réceptivité qui leur permette de vibrer aux spectacles grandioses de la nature, aux humbles réalités de la vie humaine. C’est à ces données que doit correspondre e L’Art à l’école ». Cette expression signifie que par les scènes familières mises en présence de l’en-fant dans son école et autour de l’école,on éveillera chez lui l’amour du beau qui lui permettra peut-être un jour de concrétiser sa pensée dans de véri-t69