L’ART ET LES ARTISTES J.-B. GRI 1 /1 n Wallace. hTDE DE JEUNE FILLE réaction s’exerça avec acharnement. Sa lin fut. en effet, mélancolique. Il survécut à son temps. David, son ami, le lit bien nommer conservateur au Muséum, mais il perdit sa place, s’essaya mala-droitement à des sujets antiques, alla s’installer quelque temps à Grasse et vint mourir à Paris en iffoo. Le Louvre est pauvre en oeuvres de Fragonard ; les collections publiques étrangères de même; c’est au South Kensington. de Londres, et à la galerie Wallace surtout, où sont quelques-tins de ses morceaux les plus célèbres, à l’Ermitage, à Saint-Pétcrsbourg et à Madrid qu’on peut chercher les œuvres de ce maitre. Elles ont acquis aujourd’hui un prix très haut et sont gardées jalousement par les grandes collections privées. Nous venons de voir jusqu’ici les peintres de la fantaisie. du rêve, du caprice. Sauf Watteau. ils ont touché à la réalité d’assez loin. Cependant la vie contemporaine a été considérée par quelques veux très clairvoyants. Il y a. déjà, toute la belle série des peintres de portraits. Sans doute un grand nombre n’échappent pas, même devant la personna-lité très concrète d’une physionomie d êterm i née, au besoin de parer, d’embellir, de sacrifier aux gràccs, de suivre la mode et de tomber dans la manière. Tel l’aimable et « rougissant » Marc Nattier 11685-17661 qui peint les tilles du roi, les dames de la cour. en divinités de la fable, en allégories, avec un beau métier de peintre auquel on rend aujour-d’hui plus de justice: tel son gendre Louis Tocqué i69C-17721 remarquable physionomiste et aussi bon praticien. dont les portraits de Marie Lee-;inska, au Louvre. de de Tournehem et de M. de Marigny. à Versailles, peuvent être opposés sans crainte aux plus beaux des maitres anglais en renom de cette époque. On citerait encore Robert Tournières 11668-1752i ; Raoux i 1677-17341;;1e suédois naturalisé Roslin ; Avcd ; Allou; Belle; et Duplessis de Carpentras, et nombre de peintres d’histoire, tels que les membres de la famille Van Loo. Mais le maitre du portrait à cette date est aussi un des maîtres les plus sérieux de l’école française. un de ceux qu’on peut appeler ses classiques c’est Maurice Quentin de La Tour. Il naquit à Saint-Quentin le 5 septembre 1704 et est mort dans la même ville le 17 février 1788. Ses goûts pour le dessin se manifestèrent de bonne heure, niais comme ils étaient contrariés par son Fere, il quitta la maison paternelle et vint à Paris où il alla d’abord demander conseil au graveur Tardieu. Il travailla chez le flamand Spoede, l’ami de Watteau. Se trouvant au Congrès de Cambrai en 1724. il eut l’occasion de faire le portrait de l’ambassadrice d’Espagne. Ce premier portrait lui valut un tel succès que l’Ambassadeur d’Angle-terre l’emmena avec lui à Londres. Son premier envoi au salon date de 1737. En 1739, son portrait du père Fiacre mit le comble à sa réputation. Il dut faire le portrait de la maîtresse du roi. Madame de Mailly et il n’est personne parmi les person-nages en vue de ce moment qui ne tint à être représenté par son crayon. Car Latour n’employa comme procédé que le pastel. Il fut reçu académi-cien en 1746. C’était une nature indépendante. engouée de philosophie, mêlée du reste, au milieu des penseurs de cette époque en fermentation. Son art expressif, profond. volontaire. porte les traces de son caractère. Il pénètre à fond la physionomie humaine et, surtout dans ce qu’on a appelé ses «préparations». c’est-à-dire dans ses études prélimi-naires du visage. il construit et modèle ses tètes comme un sculpteur. Le Louvre possède de ce maitre hors pair dans cet art si français du por-trait une douzaine de pastels, parmi lesquels celui de Madame de Pompadour en pied. Le musée de Saint-Quentin conserve le fonds de ‘son atelier. c’est-à-dire environ quatre-vingts ouvrages parmi lesquels on peut admirer. avec son propre portrait. ceux de Mi ix Fel. de la Camargo. etc. Il eut un émule. longtemps méconnu, aujourd’hui réhabi-lité, Jean-Baptiste Perronneau, moins décisif mais plus coloriste que La Tour, peintre rare et délicat. 156